Lettre ouverte d’une afroféministe aux hommes noirs:TAISEZ-VOUS!

IMG_3546

Chers Messieurs,

J’ai décidé de prendre ma plume afin de vous écrire cette lettre ouverte car j’ai senti qu’il était temps que je m’adresse enfin à vous. Pour être honnête, j’ai longtemps hésité à me livrer à cet exercice  avant de me raviser car je considère qu’il est important que l’on se parle de manière franche et directe.

Par où commencer? Tout d’abord, je suis une femme noire qui se revendique afroféministe. Qu’est-ce que l’afroféminisme? Pour faire court, il s’agit d’un mouvement féministe qui prend en considération les spécificités et les réalités vécues par les femmes noires dans leur diversité. Il a également pour objectif de lutter contres les oppressions subies spécifiquement par les femmes noires et qui sont largement ignorées dans les mouvements féministes blancs dit « mainstream. Je vous vois déjà asséner les mêmes refrains habituels : « le féminisme n’est pas africain, c’est un truc de Blancs! », « les féministes prônent la confrontation entre les sexes et cela est contraire à nos valeurs africaines! » ou encore « les femmes noires n’ont pas besoin de féminisme, elles sont naturellement soumises. »

Messieurs, laissez-moi vous dire qu’en plus d’être pauvres, vos arguments sont faux historiquement! Comme je l’expliquais ici et ici, les femmes noires ont lutté de tout temps pour leur émancipation et leur autodétermination. Prétendre que le féminisme n’est pas africain est un argument fallacieux car c’est méconnaître l’histoire du continent africain! En effet, les sociétés précoloniales étant matriarcales, les femmes y occupaient une place importante dans leurs sociétés. De ce fait, de nombreuses reines, héroïnes et guerrières telles que la reine Nzinga, Aline Sitoé Diatta ou les Amazones du Dahomey ont marqué l’histoire de l’Afrique par leur bravoure et leur courage. Ces femmes sont bien loin de l’image de la femme noire soumise que vous véhiculez et que vous utilisez comme argument pour contester que le féminisme a sa place en Afrique. Malheureusement,la place importante occupée par les femmes fut profondément modifiée par l’introduction de l’Islam et du christianisme, raison pour laquelle le féminisme est nécessaire sur le continent afin que les femmes retrouvent la position qu’elles occupaient auparavant.

Je suis persuadée que je ne vous apprend rien et que vous avez connaissance de tous ces faits historiques.Cependant, vous persistez à arguer que le féminisme n’est pas africain!

Mais de quel féminisme parle t-on? Pour votre gouverne, il n’y a pas UN féminisme mais DES féminismes. Le féminisme n’est pas un courant monolithique, il existe une multitude de courants féministes qui se différencient par leurs modes d’actions, leurs positionnements et leurs finalités. Vous ne le saviez pas? Eh bien, je vous invite à faire appel à l’ami Google pour vous renseigner! En effet, même si j’ai pris le temps de vous faire un petit rappel historique, il n’est pas de ma responsabilité de vous éduquer! Je refuse de partir du principe que je dois en tant que femme noire expliquer de long en large encore et encore les problématiques me concernant afin que les non-concernés puissent s’appuyer sur leur ignorance ou leur méconnaissance pour justifier les âneries qu’ils débitent!

Lorsqu’on se permet de critiquer un courant de pensée, on prend d’abord la peine de se renseigner, de comprendre de quoi l’on parle au risque de raconter des inepties…comme c’est souvent le cas quand vous parlez de féminisme et d’afroféminisme plus particulièrement!

D’ailleurs, je vous avoue qu’une chose m’a toujours frappé, précisément chez certains d’entre vous qui se revendiquent afrocentristes, c’est le fait que vous êtes prompts à étaler vos connaissances littéraires et scientifiques, connaissances qui sont le fruit de longues recherches que vous avez effectué avec beaucoup d’intérêt, mais lorsqu’il s’agit de la question du féminisme, vous faites preuve d’une grande inculture et vos arguments sont dignes du bac à sable! Étonnant non? Pourquoi ne prenez-vous pas la peine de vous informer autant sur les questions relatives aux femmes?

En outre, je constate également vous dénoncez avec vigueur et force les oppressions que les afrodescendants subissent, dénonciation à laquelle je souscris fortement,  et que vous vous évertuez à reproduire ces mêmes oppressions sans vergogne à l’égard des femmes noires. Contradictoire n’est-ce pas?

D’autre part, je note également qu’au delà de vos critiques acerbes sur l’afroféminisme, vous ne vous prononcez pas sur la situation des femmes noires d’Afrique et de la diaspora. Si certaines femmes noires se revendiquent afroféministes, c’est bien pour lutter contre toute une série d’oppressions qu’elles subissent autant en Afrique qu’en Occident et curieusement cela n’a pas l’air de vous émouvoir. Votre critique creuse de l’afroféminisme passe à côté de l’essentiel c-à-d les discriminations subies par les femmes noires et  les modes d’actions pour les éradiquer. Vous ne faites que critiquer sans proposer de solution adéquate! Alors, je vous pose la question directement : « Que proposez-vous  concrètement pour lutter contre les injustices infligées à vos « soeurs »? »C’est bien beau d’émettre des critiques et des réserves à tout va mais il est aussi intéressant de pouvoir proposer des solutions afin de faire avancer le débat.

Messieurs, soyons honnêtes un instant et disons-nous la vérité. Vous avez peur! Peur de voir les femmes noires s’émanciper, s’autodéterminer et saisir les armes de leur libération. Peur que l’on menace votre égo de mâle fragile! Peur de devoir remettre en question vos privilèges octroyés par le système patriarcal. Peur que votre position de pouvoir ne s’amenuise. Peur d’être atteints dans votre masculinité. Pour paraphraser le Pape Jean-Paul II, je vous dirais « N’AYEZ PAS PEUR! » Nous ne nous battons pas contre vous mais contre le joug patriarcal qui nous oppresse et dont vous êtes aussi les victimes indirectes. Car bien que les femmes soient les premières victimes du patriarcat, vous subissez également les conséquences de ce système qui vous enferme dans une image de mâle viril dénué de toute émotion et de fragilité et c’est également une forme d’oppression.

Ainsi, cette fébrilité que je décèle chez vous n’a pas lieu d’être. Vous n’êtes pas nos ennemis, bien au contraire! Vous pouvez être, si vous le désirez, nos alliés, nos partenaires dans cette lutte comme nous l’avons été à de maintes reprises dans celles que vous avez mené. Nous nous sommes toujours tenues à vos côtés dans tous les combats, nous n’avons pas hésité à aller au front pour vous et qu’avons-nous récolté en retour? Vous brillez par votre absence à nos côtés et vous délégitimez et décrédibilisez notre cause. A quelle fin? La peur? Comme dirait l’autre, « la peur est mauvaise conseillère », il vous faut donc agir avec raison et clairvoyance.

Le féminisme a une portée universelle et cela implique que les hommes y prennent part également. Il vous appartient de vous joindre à nous afin de lutter pour notre émancipation mais il vous faudra tout d’abord vous départir de votre attitude condescendante et paternaliste dont vous faites preuve à notre égard. Ce paternalisme patent, ce besoin irrésistible que vous avez de nous expliquer ce qui serait bon pour nous ou ce qui ne le serait pas est juste insupportable!!! Je vais vous apprendre une nouvelle qui risque de vous étonner ou de vous chagriner, au choix, : les femmes noires n’ont pas besoin de votre aval!

Vous allez donc apprendre à vous taire. Oui, vous m’avez bien lu. TAISEZ-VOUS!!! Vous devez vous taire afin de nous laisser s’exprimer , NOUS, les femmes noires, nous les personnes concernées!!! Pourquoi je vous demande de vous taire?  Parce que nous sommes les plus à mêmes à relater nos expériences et à envisager les moyens de lutter pour notre émancipation. Parce que n’étant pas concernés directement, vous risquez de faire ce qu’on appelle du mansplaining, c’est-à-dire, nous expliquer de manière condescendante la manière dont nous devons nous battre contre les oppressions que nous vivons sans tenir compte de nos vécus et de nos expériences. En effet, c’est une pratique très répandue chez bon nombre d’hommes et qui justifie le concept de non -mixité pratiqué par de nombreuses féministes et afroféministes. Nous ne pouvons plus supporter que vous vous arrogiez le droit de parler à notre place, de nous dire ce qui serait mieux pour nous! CA SUFFIT!!!!!! Cette attitude est d’une violence inouïe et n’est qu’une énième forme d’oppression à notre égard que nous n’acceptons pas!!

J’anticipe déjà vos réactions qui n’auront pour seul but que de délégitimer mon discours, de caricaturer mes propos et de m’opposer des arguments prétendument religieux, culturels ou traditionnels. Je vous vois d’ici me rétorquer que mon argumentation n’est pas valide, qu’ils ne s’inscrivent pas dans cette idée que vous avez de la figure mythique et fantasmée de la femme africaine/noire et que je m’éloigne de l’attitude paisible et soumise de « nos mamans ». Alors, je vous arrête toute de suite! Arrêtez d’utiliser nos mères et leur prétendue soumission pour justifier votre mysoginoir! Nos mères furent, et sont toujours, des femmes battantes, courageuses et résilientes! Elles appartiennent à une autre génération qui a du faire face aux méfaits du patriarcat avec leurs armes et avec force et dignité. Nous appartenons à une autre génération et nous utilisons nos propres armes pour combattre les oppressions dont nous sommes victimes avec la même force et la même dignité. Opposer nos luttes et nos combats n’est qu’une tentative malhonnête de division et déstabilisation!

Pour conclure, cette missive n’avait pas pour ambition de vous faire subitement changer d’avis. Ce serait trop beau pour être vrai!!! Je me suis adressée à vous afin que vous sachiez que cet afroféminisme que vous exécrez, que vous portez en horreur, subsistera, persistera et ne s’écroulera pas sous le coup de vos protestations et de vos critiques, qui sont autant révélatrices de votre fragilité qu’elles sont de notre force, nous continueront à lutter, à nous battre pour nos droits. Vous ne nous réduirez pas au silence, vous ne nous ferez pas taire!! Nous mènerons le combat sans relâche sur tous les fronts afin qu’un jour nos filles, petites-filles et arrières petites-filles puissent jouir d’une société plus juste et plus égalitaire et pour rendre hommage à nos glorieuses aïeules qui ont tant fait pour nous et qui méritent que nous menions cette lutte afin de retrouver notre gloire d’antan.

Vous pouvez objecter, rouspéter ou faire vos simagrées habituelles, C’EST TROP TARD!!! Le train est en marche, vous pouvez choisir de vous asseoir à nos côtés ou rester sur le quai à nous regarder avancer sur le chemin de l’émancipation et l’autodétermination.

Quoiqu’il en soit, nous avancerons que vous le vouliez ou non!!!

Je vous prie de croire, Chers Messieurs, à l’expression de ma parfaite considération.

Salutations afroféministes!!! 🙂

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Lettre ouverte d’une afroféministe aux hommes noirs:TAISEZ-VOUS!

  1. Mes respects, soeur de lutte!

    Un article intense, passionné sans être passionnel et profond. Quelques coquilles, mais bon, c’est mon côté puriste qui s’exprime..

    Plus concrètement, j’aimerais savoir comment tu (si je peux te tutoyer) conçois l’usage de nos connaissances, de nos enseignements et de nos héritages tant afrocentristes que traditionnels, précoloniaux etc. J’insiste sur ces aspects parce qu’autant tu as de nombreux auteurs qui étaient profondément imprégnés de la misogynie de leur temps (les afro-américains baignés dans les doctrines de domination de la femme tels que W.E.B. Du Bois, etc. qui n’ont jamais questionné le fait que les conférences panafricaines soient.. »black MAN only ») là où d’autres, comme Diop, ont questionné ce prétendu héritage, l’ont déconstruit et on appelé à un dépassement de ce prétendu ordre traditionnel qui, au fond, est une déformation de nos valeurs lesquelles, comme tu le sais, prônent la complémentarité!! Quel genre de discours préconises tu, en tant que femme, pour remédier à cela?

    Aussi, là c’est un conseil pragmatique concernant la manière dont, en tant qu’homme, on réagit à ce genre de messages.. Nous mettre face à nos contradictions est plutôt efficace. Quand tu soulignes l’oppression de la femme, considérée comme normale, alors que le reste..les autres formes d’oppression sont profondément décriées.. Je pense qu’il y a matière à creuser, tant hommes que femmes, creuser ce schéma qui semble profondément pathologique. L’enseignement patriarcal, la construction de l’homme Maitre Tout Puissant régnant sur les Femmes au même titre que le reste du monde.. c’est pas bien différent de la construction du Leucoderme qui règne en maitre absolu sur tous les Mélanodermes de la Terre.. Dès lors, délaisser ces privilèges.. C’est aussi difficile que de s’attendre à ce que la White Supremacy renonce, d’elle-même, à ses abominations tant chéries. Bon, spoiler: Nous tendons à nous multiplier, les frères qui épousent la cause des soeurs, plutôt que de leur demander de faire selon notre volonté.

    D’ailleurs, je ne t’oblige à rien, c’est juste une remarque sur un point qui, peut être, peut faire avancer le dialogue. En tout cas, bonne continuation, au plaisir de lire tes écrits une prochaine fois 🙂

    Un afrobsédé confirmé!

    PS: le matriarcat, dans la perspective religieuse dans laquelle beaucoup se cloîtrent pour éviter de réfléchir, est perçu par beaucoup comme une abomination. Paradoxalement, une abomination incomprise et méconnue, comme l’afro-féminisme, tant chez les hommes que les femmes. C’est juste un constat fait en sensibilisant les frères et soeurs sur la question même du matriarcat. Il y a du boulot. L’ignorance renforce la peur du changement.

    J'aime

    • Merci pour ce commentaire long et intéressant! Je pense qu’il nous faut puiser dans nos traditions ancestrales afin de redonner à la femme africaine la place qu’elle occupait jadis. Comme tu l’as fait remarquer, les hommes et femmes etaient complémentaires dans l’Afrique précoloniale, le matriarcat qui prévalait à cette époque n’était pas une forme de domination comme l’est le patriarcat aujourd’hui. Donc il est important de revenir à ça et se départir des normes religieuses venues de l’extérieur et qui sont contraire aux traditions ancestrales africaines. Il faut également le combat feministe se poursuive sur le continent, un feminisme adapté aux réalités africaines et qui prend en compte les particularités du continent. C’est pour moi la seule manière d’éradiquer les discriminations vécues par les femmes africaines.

      J'aime

  2. Je dévore littéralement chacun de tes articles depuis quelques semaines maintenant et ce, avec autant de passion, de détermination et d’implication que celles avec lesquelles tu les rédiges. Ça me fait chaud au coeur de voir que quelqu’un partage les mêmes idées que moi à propos des problématiques présentes dans nos communautés. Tu les soulignes et les exprimes avec une exactitude qui me manque encore du fait de mon jeune âge j’imagine. Je continuerai à te suivre avec autant de ferveur ! Merci à toi pour ce partage 😉

    J'aime

    • Merci beaucoup pour ton commentaire qui me va droit au cœur!😊 Je suis contente de savoir que tu te retrouves dans mes textes car même si ce blog est une plate-forme que j’utilise pour exprimer mes idées mais c’est également pour parler pour celles qui n’ont pas l’occasion de parler ou qui ne savent pas quoi faire! Alors je suis contente que le cas avec toi!😉 Merci encore pour ton soutien qui représente bien plus que tu ne peux le croire!😉

      J'aime

  3. dommage de mettre tous les hommes noirs dans le meme panier. Ils ne pensent pas tous comme vous le dites dans l’article, surtout la generation Y, particulierement celle des annees 1990…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s