Le 8 mars, et après?

Nous sommes le 8 mars  et comme chaque année à cette même date, nous avons droit au même cirque marketing. « La journée de la femme » est devenu un prétexte pour offrir des bouquets de fleurs, des bons de réduction sur des produits de beauté » et d’autres choses qui ont pour but de permettre aux femmes de se sentir si « spéciales » en cette journée. Tout cela est risible. Le 8 mars n’est pas la « la journée de la femme » mais la Journée Internationale des droits des femmes ! C’est sans doute une évidence pour certaines d’entre vous mais de nombreuses personnes pensent encore que le 8 mars est une célébration de « la femme » comme la fête des mères ou des pères. Je ne peux pas les blâmer car moi-même étant plus jeune, j’ignorais la portée politique du 8 mars et son importance pour la lutte pour les droits des femmes. Il faut reconnaître que la Journée internationale des droits des femmes a été complètement détournée de son sens originel pour devenir un outil marketing de la société capitaliste et consumériste.

Lire la suite »

« Nous devons protéger nos hommes. »

thinkstockphotos-528825543

La semaine dernière, la chaîne de télévision américaine Lifetime a diffusé le documentaire « Surviving R. Kelly » en six parties réalisé par Dream Hampton. J’ai regardé en intégralité tous les épisodes et le moins que l’on puisse dire c’est que je suis révulsée. Je n’ignorais pas les accusations d’abus sexuels et de violences de nombreuses à l’encontre de R. Kelly mais écouter ces femmes raconter en détails les abus et les sévices que leur a infligés le chanteur, était à certain moment insoutenable. Même si ce documentaire peut être dur, je pense qu’il est important de le regarder pour comprendre l’ampleur des violences sexuelles et physiques que R. Kelly a infligé à ces femmes durant des années et également car les histoires de ces femmes méritent d’être entendues. Si cela vous pouvez regarder les 6 épisodes ICI. D’ailleurs, je tiens à saluer les femmes qui ont eu le courage de témoigner ainsi que le mouvement Time’s Up qui a permis grâce à la campagne #MuteRKelly de dénoncer publiquement les crimes du chanteur qui sévit depuis plus de trois décennies.   Lire la suite »

Nos cheveux, nos choix!

feature-picture-relaxed-vs-afro

Hier, je lisais un article de BBC Africa sur les propos tenus par le président ougandais Yoweri Museveni à propos de Quinn Abenakyo, la nouvelle Miss World Africa. En effet, celui-ci  tweeté une photo de sa rencontre avec la jeune femme en indiquant en légende ceci « : (…) « I have encouraged her to keep her natural, African hair. We must show African beauty in its natural form.” (Je l’ai encouragé à porter ses cheveux naturels. Nous devons montrer notre beauté africaine dans sa forme naturelle.) A cela, Quinn Abenyako a rétorqué que bien qu’elle était d’accord avec le président avec le fait qu’il ne fallait pas copier le modèle occidental, nul n’a le droit de définir comment une personne porte ses cheveux et que le plus important c’est d’être en accord avec soi-même.Lire la suite »

#MeToo, #UsToo : Harceleurs/euses, harcelé-e-s, témoins, on ne laisse plus rien passer!

40099470_719470605058480_5846316823414308864_n

Jeudi 24 août 2018, j’ai participé à l’Agora des Solidarités dans le cadre du Festival Solidaris à Namur, en Belgique. J’ai été invitée à intervenir dans le cadre du débat sur l’égalité hommes-femmes aux côtés de Marie Arena, députée européenne, Michel Croisé, président de Sodexo Benelux et Lisette Lombé, slammeuse afroféministe. 

Voici le contenu de mon intervention : Lire la suite »

« I’m not free while any woman is unfree… » : mon plaidoyer pour une sororité inclusive.

 

c3f8f7b07c3df216db8cc3f2de427105_originalDepuis des décennies, chaque 8 mars est l’occasion de dénoncer et de mettre en exergue les violences et les inégalités subies par les femmes en raison de leur genre. La Journée internationale des droits des femmes permet de comprendre que malgré les avancées importantes de ces dernières années, les femmes subissent encore la domination masculine et la violence patriarcale au niveau économique, social et politique.

A cette occasion, j’ai choisi d’un parler d’un sujet essentiel dans le combat féministe: la sororité. Je considère la sororité comme étant la base du féminisme. Selon moi, la solidarité entre les femmes est intrinsèque au combat féministe. Elle est importante pour permettre la libération et l’autodétermination de toutes les femmes. C’est un outil politique important dans la lutte contre le patriarcat car ce dernier se nourrit de la division des femmes. Le système partiarcal a pu prospérer et se maintenir pendant durant des siècles en opposant les femmes les unes aux autres.Lire la suite »