Le féminisme blanc est-il raciste?

635747585895151114-232376356_tumblr_inline_myf7ttFTut1qib5ep

Le féminisme blanc est-il raciste? La question peut sembler impertinente, cependant  elle mérite d’être posée au regard des nombreuse déclarations de certaines féministes blanches à l’égard des femmes noires et arabo-musulmanes.

La semaine dernière, Laurence Rossignol, ministre française des familles, de l’enfance et des droits des femmes a provoqué la colère de nombreux internautes (à juste titre !) en comparant lors d’une interview le port du voile islamique à la traite négrière en ces termes: «Il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres afric… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage. […] Je crois que ces femmes sont pour beaucoup d’entre elles des militantes de l’islam politique. Je les aborde comme des militantes, c’est-à-dire que je les affronte sur le plan des idées et je dénonce le projet de société qu’elles portent. Je crois qu’il peut y avoir des femmes qui portent un foulard par foi et qu’il y a des femmes qui veulent l’imposer à tout le monde parce qu’elles en font une règle publique.»

Racistes, islamophobes, négrophobes, ect… Les mots ne manquent pas pour qualifier ces propos odieux et scandaleux tenus par une ministre de la République et qui ne furent à aucun moment relevés par le journaliste chargé de l’interviewer. Bien qu’elle se soit excusée par la suite, il s’agit d’une énième démonstration de la négrophobie et de l’islamophobie décomplexées de la classe politique française et de la complaisance du monde médiatique à l’encontre de ces déclarations indignes. En effet, on se souvient des propos de Guerlain sur le plateau de France 2 sur les « nègres » n’ayant jamais travaillé face à une Elise Lucet impassible.

Au-delà de l’utilisation inacceptable du mot « nègre », des déclarations révisionnistes qui insinuent que les esclaves noirs aient été les complices silencieux de leurs bourreaux et de la comparaison abjecte que cette dame a eu l’audace faire entre le port volontaire du voile islamique et l’esclavage, ce qui a retenu mon attention dans cette affaire fut son attitude méprisante et condescendante envers les femmes musulmanes ayant fait le choix de porter le voile. Cette attitude n’est pas isolée et s’inscrit dans une posture néocoloniale, maternaliste et raciste adoptée par certaines féministes blanches à l’encontre des femmes racisées.

Depuis plusieurs années, force est de constater que la question du voile islamique occupe de manière excessive le débat public et provoque une hystérisation chez certaines féministes blanches qui ne cessent de marteler que le voile est un symbole d’oppression qui infériorise la femme. Cette vision eurocentrée et universaliste du féminisme omet de prendre en considération les différence de perceptions et de représentations de la féminité chez les femmes racisées.

Toutefois, ces femmes qui se revendiquent féministes et dont le but est de lutter pour l’émancipation des femmes et la liberté de celles-ci de disposer leur propre corps ne semblent pas saisir que d’autres femmes puissent faire le choix de recouvrir le leur en toute liberté. Il y a donc une discordance entre leur discours de liberté des femmes et leur injonction aux femmes voilées de se conformer à leur conception occidentale de la féminité. Cette injonction perpétuelle est insupportable et oppressante envers les femmes musulmanes voilées sommées de renoncer à leurs codes culturels et religieux afin d’embrasser un « idéal de liberté » occidental. Enjoindre une femme à ôter son voile, qu’elle a librement choisi de porter est une forme d’oppression identique à celle consistant à forcer cette même femme à le revêtir.

Autre contradiction. Ces féministes blanches considèrent que le port du voile et le féminisme seraient antinomiques. Ce qu’elles considèrent comme l’instrument d’avilissement absolu serait contraire aux valeurs de liberté et d’émancipation du féminisme. Pourtant, Malala Yousafzai, militante pakistanaise des droits des femmes est devenue un symbole de liberté et de résistance face à l’obscurantisme des talibans en 2012 lorsqu’elle fut victime d’une tentative d’assassinat  au Pakistan. Étrangement, cette jeune femme qui porte le voile fut érigée au rang d’héroïne par les médias occidentaux et n’a jamais vu son engagement en faveur de l’éducation des filles remis en question. Étonnant n’est-ce pas ? On n’est plus à une contradiction près…

Par ailleurs, il est assez effarant de constater que ces féministes blanches s’arrogent le droit de parler à la place des principales concernées et de décider de quelle manière celles-ci devraient s’émanciper. Cette attitude infantilisante et maternaliste participe à l’invisibilisation des femmes non blanches et à la silenciation de leurs voix dans les mouvements féministes blancs.

Outre les femmes arabo-musulmanes, les femmes noires sont également dans le viseur de ces féministes « bien pensantes » blanches. Les déclarations de Lou Doillon lors d’une interview à un journal espagnol dans laquelle elle fustige Nicki Minaj et Beyoncé qui ne seraient pas assez féministes à son goût, ont déclenché la colère de nombreuses femmes noires. Pour quelle raison ces deux chanteuses noires ne pourraient se revendiquer féministes ? Parce qu’elles dévoilent leur corps et affirment leur sexualité ?  Le féminisme ne permet-il pas justement aux femmes de disposer de leurs corps comme elles l’entendent ? Pourquoi les femmes noires seraient-elles exemptes de ce droit ? Ces critiques sont plus que risibles lorsqu’on sait que cette même Lou Doillon a également exposé ses charmes à de nombreuses reprises.

Cette attitude est révélatrice du regard occidental posé sur le corps des femmes noires. Animalisé, exotisé et hypersexualisé, le corps noir féminin continue à faire l’objet de nombreuses représentations stéréotypées issues de l’esclavage et de la colonisation. L’affirmation d’une sexualité décomplexée et la réappropriation d’un corps ostracisé, marginalisé et méprisé est donc un acte de résistance face aux standards de beauté occidentaux.

A travers les deux exemples énoncés plus haut, il apparaît que le féminisme blanc peine à se départir de sa posture néocolonialiste et maternaliste à l’égard des femmes racisées et demeure convaincu de l’universalité de son modèle. La lecture eurocentrée  des féministes blanches des pratiques religieuses, traditionnelles et culturelles non occidentales les confortent dans une supériorité civilisationnelle qui leur octroie, selon elles, le droit de donner des « leçons d’émancipation » et de s’exprimer « pour » les personnes concernées. Cette « mission civilisatrice » dont elles se croient investies à l’égard des femmes non blanches n’a que pour seul effet de reproduire un autre type d’oppression et démontre leur incapacité à comprendre les expériences et les réalités des femmes qu’elles prétendent défendre. D’où l’importance de l’afroféminisme et du féminisme musulman , entre autres, qui traitent des problématiques spécifiques ignorées dans le féminisme blanc et qui permettent la réappropriation de la parole, longtemps confisquée et minorée par les féministes blanches, par les personnes concernées.

Enfin, les féministes blanches doivent comprendre l’exaspération des femmes racisées face à leur attitude condescendante et méprisante à leur égard ! Elles n’ont pas besoin d’être « sauvées » ou « protégées » par leurs soins de pratiques qu’elles jugent « rétrogrades ». Les femmes noires et arabo-musulmanes sont capables de saisir elles-mêmes les armes de leur émancipation et de leur autodétermination. En leur confisquant systématiquement la parole, en niant leurs expériences et en tentant de les forcer à se conformer à un modèle prétendument universel, les féministes blanches ont failli à leur mission première, protéger les femmes, TOUTES les femmes !

Publicités

11 réflexions sur “Le féminisme blanc est-il raciste?

  1. Formidable article qui décrit intelligemment la réalité ! Bravo pour cette compréhension sociologique des choses bien loin de ces féministes et tenants de la gauche qui pour le coup sont totalement out !

    J'aime

  2. Tout ça est vrai et bien dit, mais un point quand même : Malala Yousafzai vit dans un pays où aucune loi nationale n’impose le hijab (mais certaines régions appliquent la charia et le Pakistan a été créé comme état musulman lors d’une guerre confessionnelle)… Parce qu’il n’y en a pas besoin, tant il est socialement inacceptable de ne pas le porter, y compris pour des non-musulmanes. La pression sociale pakistanaise va assez loin, si on considère le nombre d’histoire de gens exécutés par la foule (lapidés, brûlés dans des fours,…) pour avoir été accusés d’avoir été apostats ou d’avoir dénigré le prophète.
    On ne peut donc pas dire si Malala Yousafzai porte le voile de son plein gré, par habitude ou par conviction religieuse.

    J'aime

  3. Article très intéressant sur le fond, même si son auteur fait une grosse erreur en ethnicisant les féminismes, comme si le positionnement des militantes féministes étaient dû à leur couleur de peau et non pas à leur(s) culture(s) au sens large. Ainsi de nombreuses femmes (et hommes) ont le même avis que Laurence Rossignol) quelque soit leur couleur de peau.

    J'aime

    • Il n’y a pas d’ethnicisation! j’évoque dans mon article la difficulté pour les féministes occidentales de prendre en compte les réalités des femmes non blanches! Y a t-il des femmes d’accord avec les propos de Rossignol? Bien sur que oui! Comme il y a des femmes occidentales qui n’ont pas de discours racistes ou maternalistes! Lisez bien mon article afin de comprendre que je parle d’une dfifférence de positionnements mais ceux-ci ne sont pas assignés irrévocablement à une coumeur de peau!!!!

      Aimé par 1 personne

  4. Article sans intérêt, pétri de clichés globalisants et essentialistes qui ont au final une volonté clairement anti – féministe. J’ai vu autant de noires, de maghrébines, de françaises d’ascendance maghrébine critiquer les filles qui portaient le foulard, les fustiger et ça au nom de leur féminisme.
    Les « ni putes ni soumises » ne sont pas des blanches que je sache. Si ? Et toutes les Fatiha Boudjahlat etc qui sont dans une lutte ouverte contre le foulard, ça pullule sur le territoire français !!
    A tel point que je me demande si y’a pas 50% de la population française d’ascendance maghrébine ou minorité visible qui serait contre le foulard. En tout cas énormément.

    A l’inverse, si en effet, un certain féminisme blanc est évidemment raciste, islamophobe (ex Badinter Fourest etc… ), il existe un autre féminisme blanc totalement ouvert sur le sujet et qui même lutte au coté des femmes racisées et minoritaires. J’en fait parti. Ok je ne suis pas blanche totalement car latino ce qui me pose dans une intersection mais la plupart des femmes qui m’ont initié à ce féminisme solidaire des filles au foulard sont blanches.
    Et ce type d’article qui éthnicise que tu as écrit là est une insulte ouverte à ces femmes qui pourtant soutiennent et défendent TA cause. Passe d’insulter les femmes, passe d’insulter les féministes et de tenter de diviser les féministes, on a l’habitude mais d’insulter les femmes qui TE soutiennent en utilisant des termes erronés, globalisant, caricaturaux comme féminisme « blanc », ça relève d’une sacrée malveillance et d’un sentiment anti féministe majeur.

    Ton article est un foutoir de clichés et de fausses données, on est donc très loin, qui plus est d’une analyse objective et fouillée. Apparemment tu ne connais pas grand chose au féminisme pour sortir des trucs pareil et tu ferais mieux de te renseigner sur le sujet car tu révisionnes gravement.

    Sors de ton discours racialiste, ça te fera pas de mal. Et étudie un peu plus l’Histoire du féminisme américain, tu y découvriras que c’est à cause de filles comme toi, tenant ce type de discours à la con que la force du mouvement féministe américain s’est réduit à rien. Même Angelina Davis, toutes les féministes historiques l’ont reconnus : les séparatistes ont fait une erreur en globalisant les blanches comme groupe distinct et les réduisant à rien. Ton féminisme s’est donc avéré à travers l’Histoire comme un anti féminisme.

    Ça me fait doucement rigoler toutes ces filles qui découvrent le féminisme américain là et tout à coup, joue le séparatisme. Apparemment vous avez pas lu la fin de l’Histoire du féminisme américain ? Vous vous êtes arrêtées à la page 60 du bouquin qui fait… 300 pages… Bref, tu insultes tes soeurs blanches solidaires à ta cause, c’est débectant.

    Aimé par 1 personne

  5. Tout d’abord, je peux comprendre que vous ne soyez pas d’acord vec mes propos mais rien ne vous autorise à venir m’insulter ici!!!
    Aucun argument valable, que des insultes et de l’agressivité!!! Pourquoi? Parce que j’ai dénoncé le racisme de « CERTAINES » féministes blanches qui est colonialiste et maternaliste!!! Cela veut-il dire que toutes les féministes occidentales sont racistes?? Bien sûr que NON!!! j’ai ben spécifié dans mon article qu’il s’agit de « CERTAINES » donc si vous ne savez pas lire correctement, c’est pas mon problème!!!
    Des femmes blanches qui soutiennent les femmes racisées, il y en a beaucoup mais cela n’est pas une excuse pour ne pas dénoncer le racisme de certaines!!!
    Vous dites que je ne connais rien au féminisme? Au nom de quoi? Parce que l’article que j’ai écris ne va pas dans votre sens! Je suis racialiste car je mets en exergue un positionnement maternaliste de certaines femmes blanches vis -à vis des non blanches??? Qui a parlé de sépartisme??? C’est le monde à l’envers!!!
    Vous vous prenez pour qui???? Votre mépris et vos insultes, GARDEZ-LES!!! Quelle condescendance!!! Je n’ai aucune leçon de féminisme à recevoir de votre part!!
    Votre réaction vulgaire, grossière et imbécile me conforte dans l’idée que j’ai raison d’avoir publié cet article car j’ai touché uin point sensible qui enrage les femmes comme vous qui voudrait que les femmes comme moi se TAISENT!!! C’est RÂTE!! je continuerais à m’exprimer que cela vous plaise ou pas, je continuerais à dénoncer les positions colonialistes et racistes des féministes!! Vous ne me ferez pas TAIRE avec vos insultes et vos crachats!! Au contraire, vous démontrez par votre attitude minable que vous n’avez rien compris et que vous ne valez pas mieux que ces femmes que je dénonce!!
    Allez, j’arrête là car je n’ai pas de temps à perdre à des individus de votre espèce!!
    PS : AU fait, c’est ANGELA Davis et pas Angelina!!! Avec ce genre d’erreurs vous vous permettez de venir faire des leçons ici….Pfffff…MINABLE!!!

    Aimé par 1 personne

    • Bravo Aïcha et merci!

      Ça fait tellement de bien de te lire. Rafraichissant!
      La réaction d’Astrid Cyt est tellement typique! Elle confirme ce que tu as écrit dans l’article, certaines pensent savoir mieux que tout le monde ce qui est bon pour les femmes, TOUTES les femmes. (Elles défendent « TA » cause, bon sang! Pas la sienne, pas la leur. Ta cause. En gros tais toi et suit les! Sois un mouton.)
      Peut importe si certaines ont des opinions différentes. Et surtout malheur à celles qui ont des opinions différentes, ce sont surement des anti-féministes!
      Et après ça vient parler de solidarité! A mourir de rire…. Le chemin de la sagesse est bien long pour beaucoup.

      Encore merci pour ton blog,
      bonne continuation!

      Aimé par 1 personne

  6. Très bon article sur ce qui est dénoncé depuis longtemps par les vraies associations antiracistes comme le PIR.

    => Je rigole en voyant certains commentaires qui parlent d' »ethniciser la question »…
    Visiblement certains n’ont pas encore acquis les bases de la sociologie, sinon ils sauraient que « blanc » désigne ici une catégorie sociale, comme « ouvrier » ou « femme ».
    Il suffi de lire Franz Fanon ou Maboula Soumahoro pour le savoir…

    Ha pardon c’est vrai: ce sont des « racistes anti-blancs » parce qu’ils disent « les blancs dominent et oppriment les noirs »…
    D’ailleurs rien que le fait de dire « blanc »… On adore le colour blinding (faire semblant de ne pas voir la couleur, mais agir quand même en gros racistes) en France ^^

    => Autre rigolade:  » Les « ni putes ni soumises » ne sont pas des blanches que je sache. Si ? Et toutes les Fatiha Boudjahlat etc qui sont dans une lutte ouverte contre le foulard, ça pullule sur le territoire français !! »

    Heuuuu…

    Si, NPNS ce sont des blanches. D’ailleurs plusieurs de leurs membres dirigeants sont membres de groupuscules d’extrême-droite / islamophobe comme Riposte Laïque.
    Elles ont perdu toute assise sur le terrain depuis leurs prises de position faisant l’apologie de la loi de 2004 interdisant aux musulmanes d’aller à l’école.

    Désolé de piétiner vos illusions, mais le schisme entre féministes est dut aux BLANCHES, qui en prenant position pour cette loi raciste se sont couper des indigènes (ce qui au passage a eut des effets pervers sur le terrain…).

    Et non ces nègres blancs (comme les appelait Franz Fanon) ne pullulent pas sur le territoire français, mais juste dans les médias.
    Allez donc demander aux musulmanes, sur facebook par exemple (vous avez plein de pages « entre musulmanes », « entre soeurs »…) ce qu’elles en pensent ^^

    Aimé par 1 personne

  7. D’accord avec LR, sauf que ce n’est ni l’ethnie ni la culture qui determine ce comportement condescendant, effectivement infantilisant et… puant, qu’on retrouve chez beaucoup de féministes, toutes couleurs de peau confondues. Je pense que ce comportement est en fait déterminé par la classe économique à laquelle appartient la féministe, bien plus que par le fait qu’elle soit blanche ou noire…
    En tout cas ton article est passionnant merci beaucoup!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s