BlackHERstorymonth#2 : Viola Desmond, pionnière des droits civiques au Canada.

 

viola desmond

Née le 6 juillet 1914 à Halifax en Nouvelle-Ecosse d’une mère blanche et d’un père noir, Viola Desmond inspira le mouvement des droits civiques au Canada et lutta contre les lois ségrégationnistes en vigueur dans le pays.

Élevée dans une famille nombreuse avec dix frères et sœurs, Viola Desmond fut très tôt impliquée dans les problématiques liées à la communauté noire. En effet, ses parents de étaient des membres importants et influents de la communauté noire d’Halifax. Ils faisaient partie de plusieurs associations et organisations communautaires.

Après ses études à l’école Field Beauty de Montréal, rare établissement à accepter des étudiants noirs, Viola Desmond poursuivit sa formation à Atlantic City et à New-York. Ensuite, elle ouvra un salon de beauté à Halifax pour répondre aux attentes des femmes de la communauté noire.

Devant le succès de son entreprise, elle ouvra la « Desmond School of Beauty Culture », une école de beauté afin de former les esthéticiennes. Son entreprise s’élargit à toute la province et elle créa une gamme de produits de beauté vendue dans la boutique de ses étudiantes diplômées. Son but était d’offrir une formation qui permettrait aux femmes noires d’avoir de larges perspectives professionnelles. Rapidement, le nombre d’inscription augmenta rapidement etl’école accepta de nombreuses étudiantes originaires d’autres provinces canadiennes.

Cependant, la vie tranquille d’entrepreneuse de Viola Desmond fut bouleversée le soir du 8 novembre 1946. En route pour une réunion d’affaires à Sydney, en Nouvelle-Ecosse, elle fit un arrêt impromptu à New Glasgow car sa voiture tomba en panne. Les réparations devant prendre plusieurs heures, elle décida de passer la nuit sur place. Afin passer le temps, elle se rendit au cinéma de la ville.

Arrivée sur place, Viola Desmond demande une place pour le parterre. La caissière lui remit un billet pour le balcon, endroit réservé aux clients non-Blancs. Malgré cela, Viola se dirigea tout de même au parterre pour y prendre place. L’ouvreur lui fit comprendre qu’elle devait s’asseoir au balcon. Surprise, elle retourna à la caisse et demanda à échanger son billet pour une place au parterre. Elle propose même de payer la différence entre les deux billets. La caissière refusa catégoriquement et lui rétorqua : « Désolée, je n’ai pas l’autorisation de vendre des billets pour le parterre à des gens comme vous! »

Face à cet affront, Viola décida tout de même d’aller s’asseoir au parterre. Elle fut expulsée de son siège par la police, qui la fit sortir du cinéma violemment et la blessa au genou et à la hanche.

En prison, elle passa toute la nuit assise dans sa cellule, en signe de défi et de contestation. Le lendemain, elle fut accusée de tentative de fraude à l’égard du gouvernement provincial, en raison de son présumé refus de payer la taxe d’amusement d’un sou ( différence de taxe entre les billets du balcon et ceux du parterre).

A son procès, elle ne fut pas informée de son droit à être représentée par un avocat et les enjeux liés à la question raciale ne furent pas abordées pendant la procédure. Elle fut reconnue coupable et condamnée à payer une amende de 26$, dont six dollars remis au gérant du cinéma.

Avec le soutien de  la Nova Scotia Association for the Advancement of Coloured People (NSAACP), Viola Desmond tenta de faire appel de sa condamnation auprès de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse.  Malheureusement, ses efforts furent vains et sa condamnation resta inscrite à son casier judiciaire. Elle finit par quitter le pays et mourut à New York en 1965.

Plus d’un demi-siècle après sa mort, Wanda Robson, la sœur de Viola Desmond, se bat afin que le combat de sa sœur ne tombe pas dans l’oubli. En effet, elle publia en 2010 un livre intitulé « Sister to Courage » dans lequel elle rend hommage au courage et à la bravoure de sa soeur .

En outre, le 15 avril 2010, plus de 65 ans après l’incident, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse accorda à Viola Desmond une grâce posthume (une première dans l’histoire du Canada). Il fut reconnu que les accusations portées à son encontre et que son arrestation avaient été injustes. Le premier ministre de Nouvelle-Écosse, Darrell Dexter, présenta également des excuses à ses descendants en ces mots : « Ceci est une journée historique pour la province de la Nouvelle-Écosse et l’occasion pour nous de finalement redresser les torts causés à Madame Desmond et à sa famille. C’est aussi pour nous l’occasion de reconnaître des actions d’une grande bravoure accomplies par une femme qui s’opposa au racisme et à la ségrégation. »

Ce jour là, Wanda Robson rendit également hommage à sa sœur en ces termes : « Ce qui est arrivé à ma sœur fait partie de notre histoire et doit rester intact. Nous devons en tirer des leçons afin de ne pas la répéter. Si mes parents étaient ici aujourd’hui, cela les réconforterait, de voir que Viola est reconnue comme une véritable héroïne canadienne.»

Viola Desmond est une figure importante de l’histoire canadienne et le combat qu’elle mena contre la ségrégation raciale dans son pays en fut pas vain. En effet, en 1954 la ségrégation raciale prit officiellement fin en Nouvelle-Écosse.

Celle qu’on surnomme la « Rosa Parks canadienne », en raison des similitudes entre le combat de Viola Desmond et celui de la militante américaine des droits civiques, a démontré à travers son histoire qu’il est important de s’insurger contres l’injustice avec force et détermination. Elle n’hésita pas à défier les autorités et à se dresser contre le système ségrégationniste de la Nouvelle-Ecosse. Elle refusa d’être considérée comme citoyenne de second rang en raison de sa couleur de peau. Pour cela, elle mérite notre respect et notre admiration.

Viola Desmond est un modèle de courage et de bravoure. Son combat est un exemple à suivre pour toutes les femmes noires qui doivent faire face, à travers le monde, à des discriminations et injustices liées à leur genre et/ou à leur couleur de peau.

Sources :

Publicités

2 réflexions sur “BlackHERstorymonth#2 : Viola Desmond, pionnière des droits civiques au Canada.

    • Merci pour l’info! J’ai visité votre blog et je le trouve très
      intéressant. La question de la représentation chez les enfants noirs est essentielle et je suis contente de voir un blog qui s’y consacre. Bonne continuation!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s