BlackHERstorymonth#7 : Phillis Wheatley, la première poétesse noire américaine.

phillis_wheatley_frontispiece

Bien que les sources ne soient pas précises sur le lieu et la date de naissance de Phillis Wheatley, certains historiens situent à 1753, l’année de sa naissance en Gambie ou au Sénégal. Née esclave, elle devint la première poétesse noire américaine à publier un recueil de poèmes.

Capturée entre l’âge de sept et huit ans en Gambie ou au Sénégal, Phillis Wheatley fut envoyée aux Etats-Unis à bord d’un négrier appelé Phillis, à Boston dans le Massachussets en 1761. A l’âge de huit ans, elle fut vendue à John Wheatley, un riche marchand et tailleur qui l’acheta car sa femme Susanna avait besoin d’une servante à son service. Le couple prénomma la petite fille Phillis, en référence au bateau qui l’avait amené en Amérique. Le nom de famille Wheatley lui fut également attribué en raison d’une tradition qui voulait que les esclaves adpotaient le nom de leurs maîtres.

Dans le foyer Wheatley, Phillis apprit à lire et à écrire grâce à l’aide de Mary, la fille du couple et leur fils Nathaniel. Les idées progressistes de John Wheatley et de sa famille permirent à Phillis d’accéder à une éducation. Chose inédite pour l’époque où il était rare qu’un esclave ou même une femme sans distinction de race soit scolarisée. En effet, à l’âge de douze ans Phillis était capable de lire des classiques de la littérature grecque et latine ainsi que des passages de la Bible. A l’âge de 13 ans, elle écrit son premier poème publié dans le Newport Mercury.

Conscients du talent littéraire de Phillis, les Wheatley apporta leur soutien à la jeune fille et la déchargea des tâches domestiques afin de lui permettre de se consacrer à la l’écriture. Cette initiative porta ses fruits car Phillis rédigea de nombreux autres poèmes dont certains furent publiés, permettant à la jeune fille d’accéder à une certaine notoriété. Cependant, le soupçon pesa sur les capactés littéraires de Phillis Wheatley et celle-ci dût lors d’un procès en 1772, se défendre contre les attaques et prouver qu’elle était bien l’auteure de son oeuvre. Un groupe de dix-huit hommes blancs furent chargés d’examiner son oeuvre et finirent par certifier que Phillis était bien l’auteure de ses poèmes. Ils signèrent même une attestation dans ce sens qui figura en préface de premier et unique recueil de poèmes “Poems on Various Subjects, Religious and Moral” qui fut publié en 1773.

Bien que de nombreux éditeurs de Boston refusèrent de publier le recueil, il suscita l’intérêt à Londres notamment de la Comtesse d’Hutingdon qui aida Phillis à trouver un éditeur et le recueil rencontra un succès considérable. Grâce à son recueil , Phillis Wheatley rentra dans l’histoire de la littérature américaine en devenant la première afro-américaine et la première esclave américaine mais également la troisième femme à publier un recueil de poèmes.

En 1778, à la mort de son maître John Wheatley, Phillis fut affranchie conformément aux dispositions de son testament. Trois mois plus tard, elle épousa John Peters, un commerçant noir affranchi. Ils vécurent dans des conditions difficiles et firent face à la mort de deux de leurs enfants. Phillis Wheatley continua l’écriture de poèmes mais fut dans l’incapacité de les publier en raison, entre autres, de grandes difficultés financières. Néanmoins, certains des poèmes qu’elle rédigea furent publiés dans des journaux. Son mari John Peters fut emprisonné en 1784 pour ses dettes, laissant derrière lui Phillis sans le sou avec un nourrisson malade. Elle dût pour subvenir à ses besoins et à ceux de son enfant travailler comme domestique.

Le 5 décembre 1784, Phillis Wheatley mourut à l’âge de 31 ans. Son fils ne lui survivra pas et mourra trois heures et demi après la mort de sa mère.

Le parcours exceptionnel et hors du commun de Phillis Wheatley est révélateur de deux choses importantes. Premièrement, il démontre que contrairement à une idée préconçue, les esclaves noirs n’ont pas subi leur condition avec fatalisme. Au contraire, ils ont exprimé leur créativité, leur talent et leur ingéniosité de diverses manières différentes. En outre, leurs contributions eurent un impact important sur les sociétés de l’époque et sont rentrées dans l’Histoire.

Deuxièmement, l’histoire de Phillis Wheatley peut être mise en parallèle avec la situation des femmes noires dans la société actuelle. En effet, le talent de Phillis Wheatley fut l’objet de tant de suspicions et de controverses qu’elle dût défendre son art devant les tribunaux. De nos jours, les femmes noires continuent d’être victimes d’oppressions en raison leur genre et de leur couleur de peau et doivent sans cesse, comme Phillis Wheatley, justifier leur talent, leur professionnalisme et leurs compétences. Phillis Wheatley transcenda sa condition s’esclave, sa couleur de peau et son genre afin d’exprimer son talent et sa créativité malgré les obstacles inhérents à la société esclavagiste. Bien que son œuvre contient peu de poèmes relatifs à l’esclavage, on ne peut qu’imaginer les difficultés auxquelles elle dût faire face en raison de son statut.

La passionnée d’écriture que je suis a une grande admiration pour le parcours de Phillis Wheatley, principalement en raison du fait qu’elle sut s’imposer dans une société blanche et patriarcale mais également parce qu’elle est la preuve de la place importante des femmes noires dans l’histoire de la littérature. Pendant des siècles, les femmes, toutes races confondues, furent exclues du monde littéraire pour des raisons sexistes. De plus, pendant très longtemps la littérature africaine et diasporique noire a invisibilisé les auteurs féminins et leurs contributions. Je me souviens qu’à l’adolescence, lorsque je me suis mise à m’intéresser à cette littérature, j’ai constaté que seuls les auteurs masculins noirs étaient connus et que leurs œuvres étaient les seules considérées comme des classiques et à faire l’objet d’enseignement dans les écoles. Lorsque je découvris Phillis Wheatley et d’autres auteures noires, je pris conscience du manque de reconnaissance dont elles furent victimes. De nos jours, on ne compte plus les auteures noires qui ont pu émerger et faire en sorte que leurs œuvres s’inscrivent dans l’histoire contemporaine de l’Afrique et des diasporas. Cependant, il est important de connaître l’histoire et les parcours des pionnières et l’impact de leurs œuvres afin de mieux saisir l’importance de la valorisation de la littérature féminine noire.

Sources :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s