« He For She »: De la nécessité d’inclure les hommes dans le combat pour le droit des femmes.

J’ai longtemps considéré que le combat pour le droit des femmes ne concernait que ces dernières et que l’implication des hommes dans celui-ci devait être accessoire voire inexistante. La priorité, selon moi, était de s’adresser exclusivement aux femmes afin de les conscientiser par rapport aux inégalités qu’elles subissent et sur la manière dont elles peuvent acquérir les droits qui sont les leurs.
De plus, je n’imaginais pas de quelle manière les hommes pourraient se sentir concernés par la discrimination basée sur le genre et la remise en question d’un système dont ils sont le premiers bénéficiaires et qui leur confèrent des privilèges.

 

Progressivement mon point de vue a évolué, entre autres, grâce à l’intervention de l’actrice Emma Watson aux Nations-Unies dans le cadre de la campagne HeForShe, qui a pour but de sensibiliser et d’impliquer les hommes dans la lutte pour l’égalité des droits pour les femmes. Dans son plaidoyer, elle a exhorté les hommes à se saisir du combat pour le droit des femmes et a mis en exergue le fait que le changement ne pouvait s’opérer si une moitié de la population ne prenait pas par part à cette lutte pour l’égalité des droits.
J’abonde dans son sens, les hommes doivent prendre part à la discussion sur le genre et toutes les problématiques qui l’entourent. Il leur appartient de déconstruire les préjugés et les stéréotypes qu’ils ont contribué à construire et à perpétuer durant des siècles. Il leur appartient de marquer leur opposition à des pratiques avilissantes et dégradantes qui sont faites en leur nom.  Enfin, il leur appartient également de se saisir de la question de l’égalité des sexes non pas pour eux mais surtout pour leurs mères, leurs épouses et leurs filles.
Être féministe c’est défendre l’égalité des droits pour tous, c’est lutter contre les stéréotypes qui enferment les femmes ET les hommes. En effet, les hommes sont également l’objet de stéréotypes contraignants tels que la virilité exacerbée, l’absence de démonstration affective et l’obligation de rester fort et impassible en toutes circonstances. Par conséquent, en luttant pour le droit des femmes, on lutte également pour le droits des hommes.
De ce fait, ces derniers doivent prendre part à la lutte féministe car ils ne sont pas seulement une partie du problème mais ils sont également une partie de la solution.
En Europe, de plus en plus d’hommes se réclament du féminisme et ont rejoint la lutte pour les droits des femmes. Ceci constitue une avancée majeure bien qu’ils restent encore très minoritaires par rapport au nombres de femmes impliquées.
Concernant l’Afrique subsaharienne, l’implication des hommes dans les combats féministes est plus difficile pour les raisons que j’ai évoqué dans mon premier article portant sur le féminisme en Afrique. On peut néanmoins espérer qu’une mutation s’opèrera à ce niveau.
Mais quelles sont les solutions permettant d’atteindre de but ? Comment mobiliser des hommes autour d’une cause aussi importante que le droit des femmes? Comment conscientiser ceux-ci aux inégalités subies par les femmes ?
Comme je l’ai écrit dans mon précédent article, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de sensibiliser l’ensemble de la population aux problématiques de genre. Cette sensibilisation doit se faire par le biais de l’éducation. L’égalité des sexes doit être intégrée dans les programmes scolaires afin que, très jeunes, les garçons (et les filles) soient conscients de l’importance du respect des droits des femmes.
Par ailleurs, il ne s’agit pas des droits des femmes ou des droits des hommes, il s’agit des droits fondamentaux, des droits humains. Il nous incombe donc à tous et à toutes d’agir afin d’ériger en principe inaliénable l’égalité pour toutes et pour toutes.

 

Utopie ? Je ne le pense pas. Difficile ? Sûrement. Mais si le degré de difficulté des combats menés avait influé sur la pugnacité et la détermination de ceux qui les ont initié et qui y ont pris part, je n’ose imaginer dans quelle société nous vivrions aujourd’hui.
A bon entendeur…
Publicités

2 réflexions sur “« He For She »: De la nécessité d’inclure les hommes dans le combat pour le droit des femmes.

  1. J'ai toujours pensé que le devoir de chaque femme était d'apprendre aux enfants ce qu'est la liberté de penser, les droits fondamentaux et humains entre autres le principe inaliénable de l'égalité pour tous.
    Sauf que nous ne sommes pas égaux. Ont la chance en Afrique 2 catégories de personnes: ceux qui ont l'intelligence de la vie et ceux qui ont l'intelligence scolaire. En Afrique, nous avons de grands maux: La pauvreté, les coutumes, l'homophobie.
    La pauvreté mène les filles à exercer le plus vieux métier du monde. Les coutumes mettent sur un piédestal la suprématie ancestrale, l'homophobie s'oppose à la croyance en Dieu.
    Je te rejoins évidemment sur la priorité d'inclure les hommes dans le combat pour le droit des femmes. Mais pour moi, ce n'est pas une nécessité car le plus important est de prouver aux femmes à l'inverse des préceptes familiaux qu'une femme peut gérer un foyer, apprendre un métier, survivre aux quotidiens, l'idée étant de les instruire. De détruire l'idée que la femme au foyer n'est pas une valeur ajoutée pour un foyer.

    J'aime

  2. Chère Lindsay, merci pour ce commentaire qui est bien argumenté. Je comprends parfaitement ton positionnement car effectivement sensibiliser le maximum de femmes sur leurs droits et leur faire changer la perception qu'elles ont d'elles mêmes et de leur rôle dans la société est une priorité. Cependant, je pense que les hommes sont également concernés par cette problématique car ils soit cautionnent les discriminations faites aux femmes, soit ils en sont les causes. Je m'explique,lorsqu'une femme est excisée, elle l'est au nom des traditions et aussi parce que certains hommes ne veulent pour épouses que des femmes excisées. Ou prenons pour exemple la représentation des femmes en politique, beaucoup sont réfractaires car selon eux la femme n'a pas sa place en politique mais plutôt dans la sphère familiale.C'est la même chose pour l'éducation.Je suis d'accord pour dire qu'il reste un grand travail à faire au niveau des femmes mais c'est les hommes sont également concernés car la perception qu'ils peuvent avoir des femmes influencent celles-ci à tort ou à raison, mais c'est le cas. Donc il faut travailler aux deux niveaux car ils sont interdépendants.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s